Yucca thompsoniana

Yucca thompsoniana

Ce yucca est originaire du nord-est du Mexique et du Texas. Il démontre ainsi une bonne résistance au froid et peut trouver une plante à l’extérieur dans la plupart des régions de France. Le port ramifié et tortueux de Yucca thompsoniana le rendent très attractif. Mais il reste encore rarement proposé par les pépiniéristes spécialisés et les jardineries. Car la demande des paysagistes et des jardiniers est moindre que pour d’autres espèces, comme Yucca rostrata.

Comment connaître Yucca thompsoniana ?

Yucca thompsoniana est une plante xérophytes qui forme un stipe. Il s’agit d’un yucca caulescent. Il est assez caractéristique par son port, car les plantes se ramifient et portent parfois plus de dix rosettes.

Les feuilles sont courtes et rigides. Chaque feuille se termine par un aiguillon. La feuille est couverte d’une couche de cire qui peut lui donner une couleur vert bleutée.

L’aspect de Yucca thompsosiana est proche de celui de Yucca rostrata et de certains sujets ramifiés de Yucca linearifolia.

Yucca thompsoniana en floraison

Quelle est la rusticité du yucca de Thompson ?

Yucca thompsoniana est originaire du Texas et du nord-est du Mexique. Ce yucca est suffisamment résistant aux températures négatives pour être cultivé en extérieur dans la plupart des régions de France et ailleurs en Europe.

Sa rusticité dépend toutefois de l’humidité ambiante. Comme beaucoup de plantes xérophytes, le yucca de Thompson n’apprécie par l’humidité du sol. Mais s’il est cultivé dans un substrat drainant, les sujets peuvent survivre à des températures de -20 °C sans problème.

Les chutes de neige ne représentent pas un problème non plus. On peut donc le planter dans les zones de plaines et les piémonts sans crainte.

Comment planter et entretenir Yucca thompsoniana ?

Précautions à la plantation

Yucca thompsoniana a besoin d’un sol drainant et d’une exposition ensoleillée, tout au long de la journée et durant toute l’année. Il faut donc éviter de le planter sous les ramures d’arbres et d’arbustes.

Pour réussir sa culture en extérieur, on aura comme préférence de créer des buttes de terre sur lesquelles les plantes seront disposées. Ces rocailles seront idéalement placées à l’abri d’un mur ou d’un bâtiment et orientées vers le sud.

Actuellement, la plupart des exemplaires que l’on retrouve dans le commerce sont issus d’arrachage dans leur milieu naturel. Ces plantes se montrent plus fragiles que celles qui sont cultivées en pépinière et qui ne subissent pas une destruction de leur système racinaire.

Pour aider votre yucca de Thompson a s’implanter et à se développer harmonieusement, il est préférable de le soutenir avec un tuteur. Un piquet métallique d’un mètre et demi est suffisant.

On plante ce piquet à cinquante centimètre de profondeur pour plus de stabilité. Et l’on attache le stipe sur la partie sortante du piquet. Généralement, les jardiniers laissent définitivement en place ce tuteur. Ainsi, la plante résistera mieux aux rafales et ne ploiera pas sous son propre poids.

Entretien des plantes

Yucca thompsoniana demande peu d’entretien. En effet, la santé de la plante dépend du choix du spécimen et de l’emplacement choisi pour la plante.

Désherbage

Comme pour toutes les plantes succulentes et les autres xérophytes, il faudra désherber régulièrement à la base de chaque yucca de Thompson. Car la présence d’herbes est à l’origine d’une excès d’humidité au collet de la plante.

Taille des feuilles

Les feuilles mortes du yucca de Thompson ne sont généralement pas coupées après leur mort. Les jardiniers qui apprécient cette espèce préfèrent garder leurs spécimens à l’état brut, comme ils se présentent dans la nature. On prendra toutefois le temps de couper les hampes florales fanées, car celles-ci ne plus ornementales après la floraison.

Lutte contre les parasites

Yucca thompsoniana est peu sensible aux ravageurs et est rarement malade dans un jardin. Le principal problème est la pourriture des racines. Celle-ci se produit surtout sur les plantes plantées dans un sol insuffisamment drainant.

Signalons que le yucca de Thompson est sensible aux infestations des araignées rouges. Ces acariens piquent les feuilles et causent le dessèchement prématuré du feuillage. Le meilleur traitement consiste à arroser tous les jours les feuilles du yucca malade au jet d’eau. En une semaine, les acariens – qui ne supportent pas l’humidité – auront disparus.

Comment multiplier le yucca de Thompson ?

Contrairement à certaines espèces de yuccas, le yucca de Thompson ne peut pas être bouturé. Si l’on coupe une ramification et qu’on la plante dans la terre, elle ne produira pas de racine. Vous ne pouvez pas procéder comme avec Yucca gigantea par exemple.

Pour multiplier Yucca thompsoniana, il est nécessaire d’acheter des graines. Mais notez que peu de grainetiers en ligne proposent cette espèce. Il faut donc être patient et profiter des rares occasions pour acquérir des graines fraiches.

Le semis des graines de Yucca thompsoniana se fait dans un mélange de terreau tamisé et de sable grossier. On conseille de mixer deux parts de terreau à une part de sable. Mais si vous préférez ne pas vous lancer dans cette préparation, vous pouvez acquérir une mélange de terre de semis ou de terre pour cactus dans une jardinerie.

Le semis se fait au printemps ou au début de l’été. Le terreau doit être gardé humide, mais pas gorgé d’eau. Après quelques semaines et si la qualité des graines est bonne, la germination se produit.

Les plantules ont l’aspect de brins d’herbes. Elles ne seront repiqués d’après une année. Cette dernière opération est délicate, car la racine pivot est très fragile.

Pour résumer

Yucca thompsoniana est une plante pour les collectionneurs de yuccas et ceux qui apprécient l’aspect sauvage de cette plante. Sa culture est très comparable à celle du Yucca rostrata. Mais il faut noter que le yucca de Thompson se montre un peu plus délicat.

La réussite de la culture du yucca de Thompson dépend de l’état de la plante que l’on va acquérir. Bien souvent, les plantes issues d’arrachage se montrent sensibles à la pourriture une à deux années après la plantation. Ainsi, si vous le pouvez, choisissez de faire le semis de cette espèce. Les plantes obtenues seront plus vigoureuses.

Si vous avez appréciez le contenu de cet article, nous vous invitons à le partager sur les réseaux sociaux. Nous sommes certains que cela contribuera à améliorer les conditions de culture de nombreuses plantes et à rendre leurs jardiniers heureux.