Phoenix dactylifera

Phoenix dactylifera est le nom scientifique du célèbre palmier dattier. Ce palmier du genre Phoenix est largement cultivé au Moyen-Orient, en Afrique du Nord, mais aussi en Californie pour la production de dattes. En Europe, le climat ne permet généralement pas à ses fruits de murir. Mais il a été cultivé pour ses feuilles, mais aussi comme palmier d’ornement.

Comment identifier Phoenix dactylifera ?

Phoenix dactylifera devient après quelques années un grand large palmier aux feuilles pennées. Le stipe s’élève lentement par la suite. Le palmier produit des rejets à sa base et forme souvent des bosquets. Ce qui le distingue de Phoenix canariensis.

En culture, les phœniciculteurs – nom que l’on donne aux cultivateurs des palmiers dattiers – suppriment ces rejets pour faciliter le travail dans les palmeraies et la récolte des dattes. Cette pratique se fait aussi pour les palmiers dattiers cultivés dans les parcs et en alignement.

Les feuilles du palmier dattier sont souvent couvertes d’un cire. Cette adaptation à la forte luminosité donne au feuillage une couleur bleutée. Cette caractéristiques se retrouvent aussi chez Phoenix theophrasti.

Les feuilles sont armées de longues épines à leur base. Comme tous les Phoenix il faut prendre ses précautions durant la plantation et la taille des vieilles feuilles.

Comment cultiver un palmier dattier ?

Un proverbe dit qu’il faut planter un dattier la tête au feu du soleil et les racines dans l’eau. Celui-ci demande quelques nuances, mais apporte des informations de base aux cultivateurs.

Le palmier dattier demande des soins semblables à la plupart des autres Phoenix. Pour se développer harmonieusement et assez rapidement, il faut réserver une exposition ensoleillée et abritée des vents froids. Le système racinaire de cette plante à besoin d’un important volume. Le sol doit être drainant et suffisamment profond.

L’arrosage doit être régulier durant l’été. Un à deux apports d’eau par semaine est une bonne fréquence pour son irrigation. La fertilisation est toujours appréciée.

Pour éviter les erreurs et stimuler la vie microbienne du sol, faites des apports de matière organiques sous la forme de paillage. Les engrais à libération lente sous la forme de granulés de sang sèche ou d’os torréfiés conviennent bien.

Quelle est la rusticité de Phoenix dactylifera ?

Le palmier dattier résiste à plusieurs degré sous zéro, à condition que les gelées soient de courtes durées. Ainsi, on retrouve des sujets âgés en plusieurs zones du littoral de la France, et en d’autres endroits abrités. La présence d’un vieux palmier dattier en centre ville de Bordeaux confirme ses capacités à s’acclimater au delà du sud-est de la France.

La résistance au froid est plus importante si l’hiver est sec et pour des palmiers suffisamment développés. Après quelques années de culture, les plantes peuvent survivre à -10°C.

Phoenix dactylifera semble moins touché aux parasites que ne l’est le dattier des Canaries (Phoenix canariensis). Ce dernier a quasiment disparu des jardins du sud-est de la France suite aux introductions involontaires du papillon palmivore (Paysandisia archon), puis du charançon rouge du palmier (Rhynchophorus ferrugineus).

Pour cette dernière raison, il semble intéressant de planter davantage cette espèce dans les jardins exotiques, partout où le climat permet sa survie sur le long terme.